Guide du jeune prof

Soutenir le moral des jeunes profs

23 novembre 2007

Sixième

Non, je ne suis pas méchante. Je m'amause. Voici le récit du premier cours avec l'une de mes sixièmes.
Les sixièmes sont par essence enfantins, bébés, effrayés. Pas tous (pas l'autre sixième!)
J'ai eu cours, avec celle-là, le lendemain de la rentrée ; ils n'avaient pas eu beaucuop de cours ; cette sixième ne comporte aucun redoublant.
J'arrive, ils sont assis, je les fais lever d'un geste, sans dire un mot, super sérieuse, genre je fais un peu la guaule. Ils se lèvent, un peu en panique, très vite : on a fâché la prof.
Ils sont debouts : je leur dis : "Bonjour!"
Et, théâtrale : "Bien! vous venez d'apprendre deux règles essentielles : primo, on se lève quand j'entre ! Je suis LA prof. Deuxio, on obéit : je SUIS la prof.
Ils m'écoutent ; ils ne rigolent pas ; ils stressent. Hou la. Allons-y molo, je vais les traumatiser.
-Asseyez-vous, dis-je le plus gracieusement possible, avec petit geste de la main.
Ils s'asseyent. Et restent là, assis, les uns bras croisés, les autres mains sur les genoux. Quasiment tous ont les yeux fixés sur moi. Sauf un ou deux.
Je m'assied.
Je sors quelques affaires. Je me redresse.
Rien.
Ils ne savant pas ce qui se passe. Je dois faire quelque chose, mais, là, je les ai figés.
Je prends la parole.
- Alors voilà, dis-je. (Ils sont suspendus à mes lèvres). Vous êtes des sixièmes. Vous êtes nouveaux. Ici, tout est nouveau tout est bizarre. Hein?
Quelques hochements de têtes. Peut-être même un sourire.
- Je comprends. Je connais. Alors, je vous explique les bases. Bon, déjà, quand on arrive en cours... (petite pause, suspens, je ménage un effet), le premier truc à faire, le premier, hein, surtout avec moi, les autres profs je sais pas ils vous diront mais avec moi, attention...
Ils m'écoutent toujours avec dévotion, les malheureux.
- On sort son livre.
Ouf ! Détente! Ils se relâchent, sourient. Ah, ah, ah! On sort son livre!
- Je sais, c'est tout nouveau, c'était pas comme ça en CM2, mais là, c'est la règle, on sort son livre.
(L'année dernière, une élève a levé la main, très sérieuse, pour me dire : Madame, c'était pareil l'année dernière! Et j'avais repondu :NOOONNN! je le crois paaaas! ce qui avait fait rire tout le monde)
Mais cette année personne ne bronche. Un seul se penche vers son cartable ; il est moins concentré que les autres sur mes paroles. Je le pointe du doigt.
- Toi ! dis-je.
C'est un distrait : il ne remarque rien, c'est son voisin qui le pousse du coude.(Eh, la maîtresse t'appelle!) Il se redresse, pris en faute.
- Que fais-tu? demandé-je. Il ne sait pas si je suis fâchée ou pas.
- Je sors mon livre, murmure-t-il.
- Bravo ! (Il se détend et sourit ; si je l'avais senti plus sûr de lui, genre j'en ai rien à foutre des profs, je lui aurais dit : T'ai-je demandé de sortir ton livre? Je n'ai fait que parler des règles mais celui-là, si je lui fais ça, il va s'évanouir).
Du coup, tout le monde sort son livre. mais bon, ce sont des sixièmes. Non seulement ça prend du temps, mais au moins la moitié de la classe ne sort que son livre.
J'enchaîne.
- Sortir son livre, dis-je, est la première chose à faire dans ma classe; et la deuxième, c'est...
Ils se redressent tous. Bon : il faudra aller doucement. Encore que certaines classes très impressionnables se détendent parfois trop vite.
Ils se redressent tous et me regardent, inquiets (mais moins que la première fois).
- La deuxième chose, c'est de sortir son cahier.
Cette fois, certains rient. Ils fouillent à nouveau dans leur sac ; mais il en reste encore 5 ou 6 qui n'ont pas eu la présence d'esprit de sortir leur trousse. C'est quoi, cette cuvée?
- En revanche, dis-je alors, ce qui m'énerve, mais alors ce qui m'énerve... c'est de devoir rappeler à certains qu'il faut sortir sa trousse.
Et hop, 5 ou 6 piquent un fard et re-farfouillent dans leur sac.
Voilà.
Conclusion : beaucoup de cinéma, un suspens gros comme une montagne, et les règles sont fixées. Comme cette classe est gentille, un peu molle, même, je n'ai pas poursuivi. L'année dernière, une fois que les élèves avaient compris que je plaisantais, que je jouais la méchante, ils se sont tellement de contractés que j'ai du reprendre mon jeu et en manipuler un ou deux histoire de. Non mais. C'est qui le chef chez moi, hein?

Posté par theophano à 13:25 - Comment prendre en main la classe? - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    ouf j'ai eu peur..

    Hello, t'es une marrante toi...

    mais fais gaffe à pas causer comme ça avec mes gamins parce que à la réunion parents-profs ça va chauffer...

    Nan mais c'est qui le père ! alors quoi !

    Bon je blague..

    Bye

    Posté par Jean Marc, 26 décembre 2007 à 22:36
  • bravo,

    belle leçon d'autoritarisme, ça doit faire du bien au nombril l'abus de pouvoir sur des gosses.

    Posté par pipo, 05 juillet 2010 à 13:24
  • Merci

    Je me demandais comment j'allais faire pour ma première rentrée...!!

    Posté par Aeligwenn, 26 août 2010 à 12:01
  • Ah ah Jean Marc ! ça ne chauffera jamais entre moi et les parents...

    Posté par theo, 23 novembre 2010 à 23:14
  • ah le "je", moi, me myself and I

    on corrige son orthographe

    Posté par profmimix, 13 janvier 2011 à 06:02

Poster un commentaire